Tête de requin

La vérité, si tu la sens surgir
à toi, sa tête aiguë,
éclosion dans l’abîme sombre,
et la regardes en face, et oses :
elle est opaque, impersonnelle,
à sang froid, pourvue d’aucun
sentiment – tête de requin.
 
Et d’elle, comme du requin,
la première et dernière chose
qui entre en toi si tu ne fuis pas,
c’est la morsure.
Sa dent dure te disloque ;
et te laisse sans jamais plus de quoi lier
tes fragments de toi entre eux.

Aucun commentaire: