druse

pas d’âme. pour le moins pas d’âme lisible à la nôtre.
mais que l’on pense à comment ce caillou vint à nous,
à l’extraction qui le tire de la nuit de son bloc.

arraché à sa nuit minérale par l’homme - elle concassée, criblée.
avec elle jeté à des pieds sous le soleil d’une route d’avance perdue.

le souvenir celé de son ciel solide, le souvenir de l’unité -
où il sommeille - c’est peut-être cela, cela qui saisit ma paume
et redonne vie à mon poing plus qu’un cœur moins froid ne le peut.

1 commentaire:

Cédric a dit…

***

("tectonicité"...)

Amitiés !