les adieux

la rivière s'épaissit.
tiède pluie.

alourdis les saules.

te voici,
des tons d'automne strie,

héron

du plus discret éclair
et blanc.

2 commentaires:

Une Nouille Martienne a dit…

des trois poèmes offerts "adieux" est celui qui je préfère
le style lie le rêve à la réalité
cette vision qui à peine perçue par les sens déjà s'efface et pourtant s'éternise ...

Stéphane a dit…

Un plaisir. Merci.